La nouvelle ère de la dématérialisation du poste opérateur

La transformation digitale de l’entreprise : la nouvelle incontournable

La digitalisation des entreprises se veut de plus en plus commune. A la recherche de toujours plus de temps, les sociétés se tournent aujourd’hui davantage vers ce que l’on appelle la dématérialisation des données. Autrement dit, le fait de créer ou de recevoir des documents de manière électronique et non plus papier. Cette transformation numérique signifie que les entreprises remplacent, dans la mesure du possible, leurs supports d’informations matériels par des fichiers informatiques.

Ce nouvel environnement de travail numérique a évidemment un impact sur les métiers et les postes de travail, et notamment sur le poste d’opérateur de saisie.

industry-dematerialisation poste

Pourquoi initier la transformation digitale dans les ateliers ?

Afin d’alléger leur organisation interne et la rendre plus moderne, les sociétés choisissent de plus en plus de travailler de manière électronique et de s’essayer à la gestion électronique de ses documents.

Entre gains de performance, facilité d’utilisation, meilleur partage des informations ou encore suivi des activités améliorées, cette nouvelle ère du numérique semble bien s’ancrer dans les nouvelles habitudes de travail des entreprises.

La gloire des documents papiers est en effet aujourd’hui terminée pour laisser la place à de nouveaux documents électroniques. Fini les piles de documents multiples et confus et bonjour les documents au format électronique. L’objectif des entreprises étant de tendre vers le zéro papier et le 100% digital.

Cette continuité numérique a un impact positif autant sur les opérateurs que sur les managers. En effet, cette digitalisation des données permet aux opérateurs un poste de travail numérique, qui affiche les instructions de fabrication, les aide et les dirige dans leur tâches. Plutôt que de devoir gérer des documents qui sont imprimés et diffusés dans les ateliers (sans être sûrs qu’ils soient lus) et pas toujours retournés en fin de journée au service qualité. Grâce à cette dématérialisation du poste opérateur, il n’y a donc plus de pertes d’informations ni de traçabilité.

Quant aux managers, ils bénéficient d’un outil de numérisation des processus industriels, qui leur permet de diffuser à l’ensemble des opérateurs des procédures et documents numérisés au poste, dans une version à jour.
A l’issue de la journée de production, l’ensemble des informations saisies pendant la journée sont déjà numériques et donc exploitables directement (indicateurs, reporting, performance).

Et la place de l’homme dans tout ça ?

Face à cette transformation digitale, l’homme est évidemment une pièce immanquable du puzzle.

Partie intégrante de cette nouvelle ère, l’homme se place au coeur de cette nouvelle organisation stratégique des entreprises.

L’humain s’adapte et évolue au fil des nouveautés technologiques, qui prennent de plus en plus de place dans son quotidien. L’homme doit apprendre à travailler avec de nouveaux outils et doit accepter de revoir sa manière de produire.

Il va sans dire que la technologie ne va pas sans l’humain, et vice-versa. L’homme se place comme un élément capital dans la réussite de la transformation digitale d’une entreprise. En effet, l’homme possède une valeur ajoutée qui lui est propre et qui ne peut être automatisée. Il faut donc que les sociétés intègrent bien que les notions d’humain et de digital font partie d’un tout. Tout cela dans le but d’être au service de l’humain, par le biais de nouvelles technologies.

Les avantages de la dématérialisation du poste opérateur

Quels liens avec le MES (Manufactuirng Execution System) ?

Un logiciel MES est un système informatique qui a pour but de collecter, en temps réel, les données de production de tout, ou une partie d’un atelier ou d’une usine. Une fois ces données collectées, elles permettent de réaliser plusieurs analyses concernant notamment la traçabilité, le contrôle de la qualité, le suivi de production, la maintenance, etc. Il s’avère que cette gestion des processus industriels se révèle très utile, notamment sur le poste d’opérateur de saisie. En effet, la mise en place d’un logiciel MES sur un poste opérateur permet :

  • que le travail soit facilité, par une meilleure ergonomie de l’interface utilisateur,
  • de gagner du temps sur l’avancement des tâches,
  • une personnalisation de l’interface utilisateur,
  • une assistance à l’opérateur en fonction,
  • une réduction du nombre d’erreurs,
  • une station de travail mieux organisée, ou il est possible de gérer les différentes étapes de préparation et de validation de process. L’opérateur de saisie peut donc choisir l’opération à engager ou non,
  • une meilleure visibilité des documents et un affichage optimisé au poste de travail,
  • d’assurer la gestion de fiches produits,
  • de gérer le système de documentation qualité,
  • de gérer les plannings atelier.

Autant d’avantages que cette procédure numérisée offre aux métiers industriels.

Les bonnes pratiques à suivre lors du changement papier vers le numérique

Une fois la dématérialisation des données mise en place, il faut veiller à suivre une organisation assez rigoureuse afin de faire de ce changement un atout compétitif pour l’entreprise. Celle-ci doit en effet revoir son organisation interne, afin que chaque membre de sa société puisse réaliser les tâches qui lui incombe dans de bonnes dispositions. Voici donc les bonnes pratiques à mettre en place lors de la digitalisation d’une entreprise :

  • le salarié doit veiller à effectuer à l’instant T la tâche qui lui a été attribuée via le nouveau document structuré,
  • réaliser un suivi du processus de fabrication rigoureux,
  • effectuer un contrôle qualité sécurisé,
  • profiter d’un outil de management performant,
  • bénéficier d’une traçabilité complète des informations, depuis les fournisseurs jusqu’au client final,
  • Partager ses connaissances avec son équipe : tout le monde a le même document et doit s’entraider : le début du travail de groupe,
  • s’assurer que le document soit disponible dans sa bonne et dernière version : le service qualité doit suivre le cycle de vie qualité du produit,
  • garantir la totale sécurisation des données,
  • tirer parti de la digitalisation de l’entreprise pour faire plus de place sur les postes de travail et rendre l’environnement de travail plus agréable,
  • consulter les documents depuis différents supports (desktop, tablettes, mobiles),
  • contrôler que les solutions soient respectueuses des normes réglementaires comme la norme ISO.

Un exemple client probant

Nexter Systems ? (vois avec Marc-Antoine pour contenu)